Thursday 19th September 2019
x-pressed | an open journal
December 18, 2013
December 18, 2013

Les expulsions libèrent – Les centres de concentration européens du 21ème siècle

Author: Anna Papoutsi Translator: Margarita Papantoniou
Category: Borders
This article is also available in: elenesitsh
Les expulsions libèrent – Les centres de concentration européens du 21ème siècle

Carte des centres de détention pour migrants. Cliquez ici pour l'image en taille réelle de la carte.

Charte illustrant les Centres de Détention d`Immigration

Les centres de détention temporaires (CIE) qui fonctionnent en Espagne cachent en arrière une industrie extrêmement rentable, à partir d`entreprises de construction des établissements, jusqu`aux services de santé et aux compagnies aériennes qui entreprennent les expulsions des immigrants sans papier. En quelque cas, des cadres par ces entreprises occupent des postes d` organes de décision concernant la politique d`immigration ou des postes dans des lobbies puissants. De cette façon, ils ont l`aisance d`influencer les politiques publiques pour l`intérêt de leurs entreprises.

CIEs – Centres de Détention Temporaires

En ce moment, en Espagne, il y a huit centres de détention temporaires pour immigrants sans papier qui sont sur le processus d`expulsion. Cela signifie que, dans les cas où l`expulsion est impossible, la détention n`a aucun sens et devrait donc être interrompue. Selon l`enquête fait par Martínez Escamilla dans le livre “Femmes dans les Centres de Détention”, en 2011 seulement 48% des personnes détenues dans des CIEs étaient enfin expulsées.

La création des CIEs est basée sur une loi qui date de 1985, qui prévoit la possibilité de détention des personnes en attente d`expulsion, mais dans des endroits qui n`ont pas un caractère punitif. Néanmoins, ces centres, fonctionnant pratiquement dans un vide juridique et aux règles internes, relèvent du Ministère de l`Intérieur et sont gérées par la Police Nationale. D`après les témoignages des gens qui ont été détenues dans ces centres, et d`après des rapports des organisations de droits de l`homme, ces centres sont pratiquement des prisons.

Il y a beaucoup de plaintes concernant la maltraitance des détenus: des cris, des insultes, des punitions, des abus et des expulsions sans préavis. Trois cas des morts sont enregistrés compter de 2011.

Le cas de mort le plus récent a eu lieu le 3 décembre, quand Aramis Manukyan, 42, Arménien, a été trouvé pendu dans le centre de détention de Barcelone. Autres détenues ont dénoncé que les gardiens avaient torturé Manukyan et l`avaient mit en isolement, d`où ils ont entendu ses cris pendant des heures avant de se suicider.

Le 6 janvier 2013, dans le même centre, Idrissa Diallo a trouvé une mort tragique à l`âge de 21 ans. Selon des témoins, il avait plaint à plusieurs reprises qu`il sentait des douleurs sévères et des problèmes respiratoires, mais personne ne fit attention, tandis qu` aucun traducteur existait. Quand l`assistance médicale est arrivé, il était déjà mort.

Le 19 décembre 2011, Samba Martine a décédé sans jamais être diagnostiquée. Samba avait une fille de 9 ans.

Expulsions forcées – les vols de la honte

Les expulsions des immigrants sans papier constituent une des pratiques les plus controversées en Europe en ce moment. Antigonia nous ont montré ce processus sale et caché dans leur présentation pendant le festival antifasciste de Barcelone qu` a eu lieu le 16 novembre dernier. Malgré qu`en Espagne le fait de ne pas avoir des papiers est considéré un petit délit et apporte une simple amende, la détention dans un CIE et l`expulsion forcée constituent une pratique ordinaire.

Les expulsions se réalisent dans des vols commerciaux si il s`agit d`une ou deux personnes, où dans des vols spéciaux si il s`agit des plusieurs personnes, où l` avion est affrété à cette seul fin. Dans tout les deux cas, les compagnies aériennes impliquées sont particulièrement populaires au public voyageur, comme par exemple Air France et Iberia entre autres.

En ce qui concerne le deuxième cas, d` organisation et préparation attentives et détaillées sont requises. Le pays européen qui veut expulser des immigrants sans papiers doit coopérer avec le gouvernement d`expulsion respectif. Par exemple, selon l` espagnol Campagne pour la fermeture des Centres de Détention, pour un vol de Madrid au Sénégal, le Ministère de l`Intérieur doit affréter l`avion, assurer une piste de décollage isolée, organiser le transport des immigrants par de différentes villes à l`aéroport, allouer un nombre suffisant de policiers afin de garder l`opération, coordonner avec les autorités sénégalaises et, bien sûr, le plus important, assurer la cargaison humaine qui remplira le vol.

Le témoignage d`un Sénégalais, qui a été expulsé de cette manière et lequel la Campagne pour la fermeture des Centres de Détention a réussit à localiser à Sénégal, est choquant. Le moment ou il est arrivé à l`aéroport Barajas de Madrid, il a réalisé l`ampleur de l`opération. Dizaines de ses compatriotes attendaient là, détenues par la force dans une salle d`attente de l`aéroport. Environ une vingtaine d`eux venaient du centre de détention d`Aluche et les autres ont été transportés des centres de détention de Barcelone et de Valencia.

Cependant, il y avait des cas d` immigrants qui ont été arrêtés pendant les derniers jours et qui venaient directement par les cellules de la police. Serigne de Dakar nous raconte qu`un de ses compagnons a été arrêté à Valencia, dans une rue à côté de sa maison, tandis qu`il était venu acheter du pain. Mbacke nous raconte sa propre drame: il était arrêté juste quand il venait d`envoyer de l`argent à sa mère, le moment ou il allait au vélo à son travail, où il ramasse des concombres et des poivrons dans les champs. Autres Sénégalais ont été arrêtés à Malaga, à Saragosse, à Alicante, à Majorque, à Almeria, à Salou… Il y avait des cas des personnes qui ont été expulsés lorsqu` ils étaient allés au commissariat de la police pour faire ou renouveler leurs papiers!

Les cas de violence de la part de la police sont beaucoup et il y a nombreux vidéos-documents de ces incidents survenus dans des vols mixtes. Personne ne sait pas ce qui se passe dans les vols spéciaux. En Juillet 2007, Osamuyi Aikpitanyi, Nigérien, est mort d`asphyxie pendant le vol d`expulsion de l`Espagne au Nigéria, après les policiers de garde avaient fermé sa bouche avec du ruban adhésif. Près de cinq ans plus tard, les policiers ont reçu une amende de €600 et étaient par ailleurs acquitté de toute responsabilité pour sa mort. Avec la coopération de l`État et les entreprises fournissant “sécurité” –mais aussi bien toléré par nous tous- la liste, qui est déjà longue, des personnes qui ont perdue leur vie aux mains des autorités européennes deviendra de plus en plus longue…

Nous pouvons et NOUS DEVONS RÉAGIR!

Antigonia suggèrent les actions suivantes pour quelqu’un qui se trouvera dans un tel vol:

instructions_FR

Creative Commons License
Les expulsions libèrent – Les centres de concentration européens du 21ème siècle by Anna Papoutsi is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License.

This article is also available in:

Translate this in your language

Like this Article? Share it!

Leave A Response