Sunday 26th January 2020
x-pressed | an open journal
September 27, 2012
September 27, 2012

Grèce: Grève générale – Une répétition ou la performance finale

Author: Anna Papoutsi Translator: Tania P.
Category: Protest
This article is also available in: enesel
Grèce: Grève générale – Une répétition ou la performance finale

La première mobilisation civile après l’été: une répétition ou la performance finale?

Face a la baisse des salaires, des pensions et des aides sociales avoisinant les €9 milliards et la création de nouveaux impôts de l’ordre de €3 milliards, les syndicats du pays ont appelé à une manifestation et une grève générale de 24 heures. La manifestation s’est déroulée exactement de la façon attendue: elle était assez massive, mais engourdie dans un premier temps, et s’est terminée par quelques émeutes et une répression policière forte.

Le Parti communiste, comme toujours, a organisé un rassemblement séparé comprenant 5.000 à 15.000 personnes. Les syndicats, les comités locaux, les anarchistes et les partis de gauche ont réussi à rassembler une foule massive de 100.000 personnes. Les syndicats et les associations d’étudiants étaient absents; également absents, les syndicats de grands secteurs. La manifestation était principalement composée de petites sections des syndicats du premier degré, de collectifs, de comités locaux et, bien sûr, pour la première fois, du principal parti d’opposition, SYRIZA.

105 personnes ont été détenues, la moitié d’entre eux à titre préventif; la plupart d’entre eux étaient membres de deux comités locaux, ceux de Zografou et de Dafni. Ils ont été attaqué par la police sur la route du lieu de rassemblement et ont été détenus, sans avoir commis aucun crime, avant d’être libérés quelques heures plus tard; 21 personnes parmi les 105 détenus ont été inculpées de «crimes».

Un journaliste du journal Ethnos (un de plus populaire en Grèce) a été arrêté pour détention d’un masque à gaz dans son sac. La même chose est arrivée à l’éditeur de Epochi, journal de gauche, pour avoir posé des questions quand elle a vu -ce qui semblait être- une arrestation illégale.

Les canons à eau de la police, récemment acquis d’Israël, ont fait leur apparition plutôt pour terroriser les gens que pour gérer la foule, puisqu’ils n’ont pas été utilisés.

Comme toujours, la télévision n’a montré qu’une petite fraction de la manifestation dans une tentative désespérée de minimiser son ampleur et les journaux se sont concentrés sur les affrontements limités avec la police, en ignorant l’usage excessif et répété de violence par la police.

Dans l’ensemble, cette grève ne semble pas avoir eu un objectif précis… La manifestation ne m’a pas donné l’impression d’une lutte réelle pour ou contre quelque chose; il s’agissait plutôt d’une protestation en plus, comme si 2012 n’a pas été la 5ème année consécutive de récession, comme si le taux de chômage n’était pas à 24% au niveau national et à 55% parmi les jeunes et comme si nous n’étions pas face au démantèlement complet de l’état social, l’éducation publique et la santé publique.

Est-ce que cela était la performance finale de la résistance grecque, ou est-ce que cela était tout simplement une répétition?

Creative Commons License
Grèce: Grève générale – Une répétition ou la performance finale by Anna Papoutsi is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License.

This article is also available in:

Translate this in your language

Like this Article? Share it!

Leave A Response