Friday 20th September 2019
x-pressed | an open journal
July 2, 2013
July 2, 2013

Seminaire d’été Mataroa 2013

Author: Mataroa Translator: Athena Constantinou
Source: Mataroa  Category: On the crisis
This article is also available in: endeeselplit
Seminaire d’été Mataroa 2013

Pour un réservoir méditerranéen subversif de pensées et d’action

De multiples mouvements «contre la crise, pour les biens communs» rapprochent les deux rives de la Méditerranée à travers l’échange de connaissances et d’expérience vers de nouvelles visions politiques

Le séminaire Mataroa aura lieu du 14 au 18 juillet 2013 sur l’île d’Ikaria avec la participation de 27 chercheurs/-euses en sciences sociales et en écologie politique des Universités de la Méditerranée et d’ailleurs. Il s’agit d’un effort auto-organisé, bénéficiant du soutien institutionnel de la municipalité d’Ikaria, de l’École d’Architecture de l’Université Polytechnique Nationale d’Athènes, du Département d’Anthropologie de l’Université Panteion d’Athènes, du Centre de documentation, de recherche et d’action d’Ikaria et d’associations locales. Le séminaire est ouvert à tous, mais sans possibilité de traduction de l’anglais. Les trois événements publics du séminaire se dérouleront en grec.

Le séminaire examinera comment les imaginaires de la «crise» empêchent plutôt que d’encourager notre compréhension de la réalité contemporaine. En parallèle, il explorera les capacités théoriques des «biens communs» aussi bien en tant que symboles de justice sociale, économique et environnementale, qu’ en tant qu’outils pour (re)penser nos vies et notre monde. L’objectif de cette tentative est de créer un lien avec les questions et les mouvements locaux, mais surtout de mettre en place un réseau de chercheurs et d’initiatives de recherche en la matière dans la perspective d’un réservoir méditerranéen subversif de pensées et d’action.

Site internet: http://mataroa2013.wordpress.com/

This article is also available in:

Translate this in your language

Like this Article? Share it!

Leave A Response