Thursday 05th December 2019
x-pressed | an open journal
December 6, 2012
December 6, 2012

Notes sur l’économie (et les chimpanzés)

Source: Visão  Category: On the crisis
This article is also available in: elenespt-pt
Notes sur l’économie (et les chimpanzés)

Vítor Gaspar, Ministre portugais des Finances

Après avoir suffisamment réfléchi à la question, je pense qu’il serait important que quelqu’un présente à Vitor Gaspar (Ministre portugais des Finances) un être humain. Ce serait une rencontre sans fanfare, entre eux seuls et une tierce personne qui ferait les présentations «Vitor, voici un être humain. Être humain, voici Vitor». Et ensuite elle se retirerait pour les laisser faire connaissance.

Grâce à sa grande perspicacité le Ministre constaterait immédiatement qu’il y a deux-trois différences entre un être humain et un chiffre. Contrairement au chiffre, l’être humain apparaît rarement sur une feuille Excel. Et contrairement à un être humain, un chiffre ne peut pas être affamé ni mourir.

Il est rare de voir écrit sur une tombe «Ici gît numéro 7. Il est mort d’une erreur de calcul. Que Dieu le pardonne.» Aussitôt que le Ministre aurait compris la différence entre l’être humain et le chiffre, il pourrait revenir à ses calculs. J’admets qu’il s’agit d’une opération audacieuse mais j’aurais bien voulu la voir.

Il fut un temps, ceux qui n’avaient aucune connaissance en économie étaient exclus des débats politiques. Heureusement, les temps ont changé. Aujourd’hui, ceux qui s’y connaissent en économie, sont ceux qui font les mauvais calculs, détruisent toute prévision pour le futur et aggravent les problèmes qui auraient pu être résolus.

Les suggestions d’un non spécialiste peuvent paraître ahurissantes, irréalistes et non viables. Aucun problème. Il en est de même pour celles de notre Ministre. On est donc sur un pied d’égalité. La réalité n’a pas grand-chose à voir avec les économistes. Si un chimpanzé était Ministre des Finances, il est probable que la dette s’accroîtrait, le chômage augmenterait et la récession s’amplifierait. En d’autres termes, personne ne remarquerait la différence.

Comme tout le monde, j’ai moi aussi des propositions pour la réduction des dépenses. Je propose que le Portugal vende son autoroute pour Porto. Nous en avons trois, nous n’avons pas besoin de toutes. Il existe certainement un pays qui soit intéressé par l’autoroute. Il n’y a pas d’autoroute pour Porto par exemple au Canada. Ni en Norvège (j’ai vérifié les données, je ne parle pas en l’air). Il s’agit de pays riches, auxquels une autoroute pour Porto serait peut être utile. Telle est ma proposition. Et ce n’est pas la plus absurde que j’aie entendu.

This article is also available in:

Translate this in your language

Like this Article? Share it!

Comments are closed.