Sunday 15th September 2019
x-pressed | an open journal
April 18, 2013
April 18, 2013

BOYCOTTEZ les fraises de Manolada Grèce

Translator: x-pressed
Source: bloodstrawberries  Categories: Antifascism, Borders
This article is also available in: eneselpt-ptitdepl
BOYCOTTEZ les fraises de Manolada Grèce

Des centaines de travailleurs immigrés, pour la plupart originaires du Bangladesh, qui travaillent dans des conditions d’esclavage moderne dans les champs de fraises à Manolada, en Grèce, ont exigé hier d’être payés pour les 6 derniers mois de travail.

Leurs employeurs grecs ont sorti leurs fusils de chasse et leurs ont tirés dessus, blessant 28 parmi eux qui sont maintenant à l’hôpital.

En fait, l’un des auteurs est la même personne qui, en été de 2009, a attaché deux travailleurs immigrés à sa moto et les a traînés dans les rues de la ville parce qu’il pensait qu’ils avaient volé des moutons.

La police grecque détient les victimes hospitalisés avec l’intention de les expulser parce qu’ils n’ont pas de papiers.

Les trois auteurs n’ont pas encore été retrouvés…

Pour plus d’informations consulter les hashtags suivants:

#manolada

#bloodstrawberries

 ÇËÅÉÁ - ÅÐÅÉÓÏÄÉÏ (EUROKINISSI)

D’après un ancien article de Makis Noudaros, ces travailleurs immigrés vivent et travaillent dans des conditions d’esclavage moderne. Ils sont sans papiers et sont de ce fait victimes d’extrême exploitation; ils gagnent environ 23 euros par jour mais doivent en dépenser plus de la moitié pour leur protection et leur hébergement dans des conditions inhumaines.

Les journalistes ne sont pas autorisés dans les champs sans escorte et plusieurs d’entre eux ont rapporté avoir été attaqués et chassés.

C’est pareil pour ceux parmi la population locale qui osent accuser les propriétaires des terrains. Ils parlent en fait de groupe criminel bien organisé avec une hiérarchie et des hommes de main employés pour terroriser et battre les travailleurs qui osent résister.

Il est évident que si l’Etat et les autorités locales ne fermaient pas les yeux sur la situation, rien de tout ça ne se produirait!

Cette région produit 90% de la production nationale de fraises; 40% de cette production va vers le marché intérieur et le reste est exporté vers le Royaume-Uni, la Russie, la Pologne, l’Italie, la Bulgarie et la Roumanie. La plus grande compagnie est Vangelatos SA.

SUITE AU TOLLE PUBLIC, AU NIVEAU NATIONAL ET INTERNATIONAL ET FACE AU BOYCOTT DES CONSOMMATEURS, LES DISTRIBUTEURS DES FRUITS ET LEGUMES DE L’ENTREPRISE VANGELATOS SA ONT RETIRE LES PRODUITS EN QUESTION DE LEURS SUPERMARCHES!

Lidl, Sklavenitis, Metro, Ok Markets et AB Basilopoulos ont tous contacté par email le blog bloodstrawberries qui est à l’origine de cette campagne.

This article is also available in:

Translate this in your language

Like this Article? Share it!

Leave A Response